SAIS-TU VRAIMENT ECOUTER ? (2/2)

Ecouter ça s’apprends, écouter activement est une décision personnelle lors de chaque conversation. Dans cet article je vais te donner les différentes clefs nécessaires à une bonne écoute, une bonne communication quelle que soit la personne que tu as en face de toi.lac2

 

 

Nous avons abordé dans la partie 1 de cet article que pour bien écouter il faut être disponible, penser à l’autre ne pas juger et rester centré sur le sujet. Nous allons maintenant aborder dans ce deuxième article plus particulièrement notre façon de répondre et de donner suite à ce qui te seras dit.

 

Pour commencer cet article, j’aimerai te donner une citation de Miles Davis : “La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu’encadrer ce silence.” Dans une conversation c’est la même chose, les silences sont très importants.

 

Laisses une place au silence

 

Comme le dit le proverbe bien connu : « La parole est d’argent, mais le silence est d’or ». Il ne faut pas avoir peur du silence, peur du blanc. Ton interlocuteur ne va pas s’ennuyer ni te trouver ennuyeux. Au contraire, le silence permet d’intérioriser ce qui vient d’être dit et de bien en comprendre le sens.

Il est une chose importante également, c’est de laisser autrui s’exprimer sans l’interrompre. Ecoutes le jusqu’au bout. Est-ce que tu as déjà remarqué que lorsqu’une personne a fini de parler elle éprouve souvent le besoin de compléter et préciser ce qu’elle vient de dire ? Lui laisser cette place de silence lui permet de le faire.

Un instant de silence apaise la conversation, respecte ce temps et tu verras que votre échange sera plus posé.

 

Ne te précipite pas

 

Nous avons humainement tendance à vouloir trouver une solution le plus rapidement possible. Nous souhaitons vite aider mais souvent ce n’est pas ce qui est attendu. Lorsque quelqu’un te partage quelque chose, il souhaite que tu puisses porter ses difficultés avec lui, le soutenir.

Il ne souhaite pas que tu lui donnes une solution (sauf s’il le demande bien sûr). Souvent même ton interlocuteur n’a pas besoin de conseils, il a besoin de partage.

Dans ce souci de vouloir solutionner au plus vite nous faisons subir sans s’en rendre compte un interrogatoire à notre vis-à-vis. Le but est plutôt d’essayer de comprendre ce qu’il dit.

 

Comprends ce que dit ton interlocuteur

 

Pour bien comprendre ce qui est dit, je t’invite à inciter ton interlocuteur à préciser le cours de sa pensée en particulier lorsqu’elle est imprécise ou trop générale. Tu remarqueras que bien souvent une conversation commence par une phrase un peu vague. C’est souvent la première réponse que tu vas formuler qui va ou non donner suite à l’échange.

Une question ouverte posée en demandant de préciser la phrase qui vient d’être formulée est un des meilleurs moyens de montrer ton intérêt à ce qui vient d’être dit.

Il n’est pas difficile de formuler cette question et si tu n’as pas l’habitude, il te suffit d’utiliser les mots qui viennent d’être dit. Si je prends par exemple une phrase que nous avons l’habitude d’entendre : « J’ai eu une rude journée aujourd’hui ». Une réponse souvent formulée est : « Moi aussi, je suis fatigué ». Et la conversation s’arrête là.

Si par contre tu réponds : « Tu as eu une rude journée, peux-tu me dire ce qui a été particulièrement difficile ? ». La conversation s’enclenche suite à cette question et vous pourrez avoir un bon échange.

Il ne suffit pas seulement de bien comprendre ce qui est dit, il faut également s’assurer de ta bonne compréhension de l’échange.

 

Reformule ta compréhension

 

Nous avons tous nos façons propres de penser, nos filtres de compréhension. Nous avons également plusieurs niveaux de communication possibles. Il est donc important de s’assurer d’avoir bien compris ce qui est dit, en particulier dans des conversations importantes.

Pour cela, il te suffit de reformuler ce qui vient d’être dit. Pour reformuler je t’incite à utiliser les mots qui viennent d’être dit puis d’utiliser tes propres mots. Pourquoi ce qui vient d’être dit ? Tout simplement parce que ton interlocuteur entendra à son tour ce qu’il vient de dire. Il y réfléchira et cela lui permet si nécessaire de préciser sa pensée ou même parfois de « rattraper » ce qu’il a mal dit. C’est le respecter et lui permettre de corriger sa pensée.

Reformule ensuite avec tes propres mots ce que tu as compris. La personne en face de toi se sentira considérée et verra que tu cherches à bien comprendre sa pensée.

Lorsqu’on échange comme cela, il y a des sujets plus ou moins délicats. Une façon importante de les aborder, qui est rarement utilisée, est de parler réellement de nos émotions.

 

Oses parler des émotions

 

Parler de nos émotions n’est pas inné ni spontané pour tout le monde (en particulier pour les hommes). Pour bien comprendre ce que telle situation ou tel sujet représente pour ton interlocuteur tu peux le questionner sur ses émotions. Bien sûr cela dépend de votre relation et du contexte dans lequel l’échange a lieu. Il y a également différentes façons de questionner sur les émotions.

La première façon de questionner en restant distant pourrait être : « J’ai l’impression que vous éprouvez une difficulté par rapport à …. Qu’est-ce que cela représente pour vous ? » La deuxième façon de questionner lorsque l’on est plus proche peut être : « Tu me dis que…. Que ressens-tu par rapport à ça ? »

Tu verras que ces questions permettent la plupart du temps de libérer la conversation. Souvent même tu te rendras compte que tu aideras ton interlocuteur à mettre des mots sur ce qu’il ressent. Cela est vraiment très important pour aller de l’avant.

Lorsque tu parles d’émotions, prends bien garde à utiliser le « JE » et surtout pas le « TU » pour éviter que la personne se sente jugée. Utilise la formule : « Je ressens que… » plutôt que « Tu es… »

Souvent lorsque nous sommes en conversation, nous faisons état de l’échange et cherchons des solutions. Une autre façon d’aborder les choses est de demander à ton interlocuteur quels sont ses besoins.

 

Oses parler des besoins

 

Lorsque ton interlocuteur a fini d’énoncer ce qu’il a à te dire, que tu as pu reformuler, que tu as bien compris et que vous avez pu parler des sentiments, je t’encourage à oser demander à ton interlocuteur quels sont ses besoins par rapport à ce qu’il vient de partager avec toi. Ne propose pas de solutions, même si tu la connais, oses demander de quoi il a besoin, quelles solutions il envisagerait.

Cela permettra de mettre ton interlocuteur dans une bonne disposition pour l’aider à mettre des mots sur ses besoins. Ce n’est pas toi qui lui donnes une solution, tu l’engages sur le chemin de ses propres solutions.

Une chose importante que tu dois savoir, la solution que trouvera ton vis-à-vis pour lui-même sera toujours meilleure que la meilleure que tu aies pu proposer. Tout simplement parce qu’elle vient de lui et qu’elle lui correspond.

Lorsque tu sais bien écouter la personne qui est en face de toi, tu risques que certaines personnes se confient à toi. Pour cela il te faudra vraiment être digne de confiance.

 

Sois digne de confiance

 

Être digne de confiance ce n’est pas difficile mais j’ai souvent remarqué que beaucoup de personnes ne respectent pas cette règle simple. La règle à connaître est de garder pour toi ce qui vient d’être dit. Ce que vous avez échangé restera confidentiel, ce n’est pas toi qui partagera à quelqu’un d’autre ce qui vient d’être échangé.

Un deuxième point lors de votre conversation est de prendre le temps nécessaire. Tu me diras que cela semble évident mais c’est important d’aller au bout de votre échange et de ne pas se laisser perturber par un rendez-vous, un appel imprévu ou toute autre chose. Sinon il est préférable de reporter votre conversation à un moment ultérieur où tu seras disponible.

 

Je t’ai à présent donné les clefs pour bien écouter ton interlocuteur. A toi à présent de les mettre en pratique. En conclusion j’aimerai te laisser avec cette pensée, une conversation est le début d’une relation.

 

Une conversation est un début

 

Lorsque tu as partagé quelque chose avec quelqu’un cela fait partie intégrante de la construction de votre relation. Je t’engage à te rappeler de ce que vous avez dit. Quoi de plus désagréable que de se revoir et ne pas se rappeler du contenu de votre dernier échange.

Si ton interlocuteur t’a livré quelque chose d’important pour lui, il est important que tu puisses également suivre ce qu’il va faire par rapport à ce sujet. Pourquoi ne pas le rappeler ou lui envoyer un message pour lui demander des nouvelles par rapport à votre échange ?

Et pour finir, si tu le sens, tu peux proposer la prière ensemble et/ou t’engager à prier pour le contenu de votre échange. T’engager avec ton interlocuteur dans la prière permettra de remettre à Dieu votre échange et tout ce que vous avez évoqué.

 

Je te souhaite une bonne écoute et à très bientôt. N’hésite pas à me faire un retour ou de me poser des questions en commentaire ci-dessous ou par email, je serai heureux de le lire et d’y répondre.

 

A Propos de l’auteur :

L'AUTEURJe m’appelle Nathanaël, je suis marié depuis 2004 et père de trois enfants. Depuis plusieurs années je suis engagé localement, dans un groupe de musique, dans ma paroisse et dans mon travail à temps plein. C’est de cette expérience riche que je souhaite partager avec toi des pistes pour oser vivre ta vie et ton appel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *